Sommaire

Rappelons pour mieux comprendre que l’espace pleural, appelé aussi cavité pleurale, est un espace virtuel qui se situe entre les poumons et la cage thoracique. Quand trop de liquide s’est logé dans cette cavité pleurale, il faut le ponctionner.

Dans quels cas une telle intervention est-elle pratiquée ? Comment se déroule la procédure et quelles sont les complications possibles ? Réponses maintenant !

Qu’est-ce qu'une ponction pleurale ?

La cavité pleurale contient normalement environ 4 cuillères à café de liquide :

  • Quand cet espace est anormalement rempli d’air ou de gaz, on parle de pneumothorax.
  • Quand il est rempli de trop de liquide, on parle d’épanchement pleural.

Ainsi, la ponction pleurale (appelée aussi thoracocentèse) est une intervention médicale qui consiste à évacuer le liquide qui s’est accumulé de manière anormale dans l’espace pleural.

Ponction pleurale : dans quels cas est-elle réalisée ?

Plusieurs conditions peuvent être à l’origine d’un excès de fluide dans l’espace pleural, et donc constituer un motif de ponction pleurale : une tumeur, une pneumonie, une insuffisance cardiaque, une maladie pulmonaire chronique.

La ponction pleurale a deux objectifs :

  • Le premier est l’intervention dans un but thérapeutique, on parle alors de ponction évacuatrice : l’idée dans ce cas est d’évacuer le liquide présent en excès dans l’espace pleural, qui peut gêner la respiration du patient en comprimant ses poumons.
  • Elle peut aussi avoir une visée diagnostique, pour comprendre ce qui est à l’origine de l’épanchement pleural, on parle alors de ponction exploratrice : il s’agit de prélever un échantillon de liquide et de l’analyser pour y détecter d’éventuelles cellules cancéreuses, une maladie virale, fongique ou parasitique, ou encore la présence de bactéries. Les analyses sont chimiques, cytologiques et bactériologiques.

Déroulement d'une ponction pleurale

La procédure peut avoir lieu à l’hôpital ou bien dans le cabinet du médecin :

  • le patient est réveillé, il est assis le plus souvent mais peut être allongé sur une table prévue à cet effet ;
  • le médecin désinfecte la zone à ponctionner, injecte un agent anesthésiant localement puis insère une aiguille dans l’espace pleural (dans le dos, sous la pointe de l’omoplate) ;
  • il vide le liquide présent dans la cavité pleurale et place un bandage sur le site de ponction.

Généralement, l’intervention dure entre 10 et 15 minutes. Si la quantité de liquide présent dans l’espace pleural est vraiment trop importante, la procédure peut durer plus longtemps.

Complications éventuelles d'une ponction pleurale

Comme toute intervention, la ponction pleurale peut être suivie de complications. Les risques possibles incluent une douleur, un saignement, un collapsus pulmonaire ou une infection.

Le médecin doit prendre le temps de vous exposer clairement les modalités de la procédure, ainsi que les risques encourus.