Sommaire

 

L'asthme est la maladie chronique la plus fréquente chez les femmes enceintes, puisque 3 à 8 % d'entre elles en sont atteintes. La grossesse peut aggraver l'asthme. Il est donc important de faire le point sur l'asthme et la grossesse.

Asthme et grossesse : 3 situations

En fait, lorsqu'elles sont enceintes, les femmes asthmatiques peuvent être confrontées à 3 situations :

  • dans un tiers des cas, la sévérité de l'asthme n'est pas modifiée par la grossesse ;
  • dans un tiers des cas, leur asthme s'atténue ;
  • dans le dernier tiers des cas, il s'aggrave.

Bien sûr, c'est cette dernière situation qui est problématique. En effet, l'asthme peut avoir des conséquences sur le développement du fœtus.

Lire l'article Ooreka

Asthme et grossesse : importance du traitement contre l'asthme pendant la grossesse

Lors de l'annonce de la grossesse, de nombreuses femmes asthmatiques arrêtent leur traitement contre l'asthme par peur des effets des médicaments. Mais cette décision est mauvaise pour plusieurs raisons.

D'une part, l'asthme mal contrôlé est dangereux pour la mère, mais aussi pour le développement du bébé. Chez la femme enceinte, l'asthme mal contrôlé multiplie par 2 le risque d'hypertension artérielle.

D'autre part, les effets indésirables des médicaments sont peu nocifs par rapport aux effets de l'asthme incontrôlé. Enfin, pendant leur grossesse, 10 à 20 % des femmes asthmatiques ont recours à des soins d'urgence à cause d'une crise d'asthme.

Asthme et grossesse : effets de l'asthme sur le bébé

Une crise d'asthme, même modérée, peut être responsable d'une baisse de l'oxygénation affectant le fœtus (retard de croissance, prématurité). Il est donc très important d'éviter les crises. Pour cela, un traitement de fond bien suivi pendant toute la grossesse est souvent nécessaire.

Lire l'article Ooreka

Asthme et grossesse : rôle de la mère dans l'apparition de l'asthme chez l'enfant

On le sait, fumer est fortement déconseillé en cas de grossesse, car les conséquences sont multiples et graves. Néanmoins, pour éviter que l'enfant présente un asthme plus tard, cesser la consommation de tabac n'est pas suffisant. 

En effet, il est également important que la future mère réduise ses apports en sucre (et/ou édulcorants). Si on sait que la consommation de sucre au cours de l'enfance augmente les risques de développer un asthme, les apports maternels de sucre au cours de la grossesse jouent un rôle similaire.

Par ailleurs, on note que la consommation d'édulcorants pendant la grossesse favorise l'asthme allergique, les sifflements respiratoires et l'atopie chez les enfants.

De plus, le surpoids est lui aussi impliqué dans la survenue de sifflements (mais pas d'asthme ni d'atopie) au cours des trois premières années de vie. Ainsi, les mères qui présentent un IMC élevé au cours de leur grossesse favorisent les troubles respiratoires chez leur enfant, en entraînant une réduction du calibre des voies respiratoires des nourrissons (le poids des pères, lui, n'a aucun lien).

Lire l'article Ooreka