La crise d'asthme

Écrit par les experts Ooreka

Les crises d'asthme peuvent parfois nécessiter une hospitalisation d'urgence. Il ne faut pas hésiter à demander de l'aide si la crise paraît grave.

On distingue trois états pour l'asthme : la crise d'asthme, l'asthme chronique et l'asthme sévère.

La crise d'asthme est la manifestation la plus connue et la plus impressionnante de l'asthme. Elle nécessite un traitement urgent, et parfois même une hospitalisation.

Qu'est-ce qu'une crise d'asthme ?

La crise d'asthme correspond à une aggravation des symptômes de l'asthme.

Elle se traduit par d'importantes difficultés respiratoires (difficulté à souffler surtout), qui donnent une sensation d'étouffement ou d'oppression. La fréquence et la gravité des crises sont variables d'un malade à l'autre.

La plupart du temps, les crises surviennent après une période d'aggravation progressive des symptômes, que l'on appelle exacerbation. Ainsi, si on apprend à repérer ces signes, on risque moins d'être pris au dépourvu par une crise.

Les signes qui peuvent annoncer une crise sont :

  • la toux, les éternuements,
  • le nez qui coule, les yeux ou la gorge qui piquent ou grattent,
  • une fatigue ou un essoufflement inhabituels.

Que faut-il faire en cas de crise d'asthme ?

Dès que les premiers signes apparaissent, il faut :

  • s'asseoir ou, si la crise est aiguë, se mettre en position latérale de sécurité (couché sur le côté, la jambe du dessus pliée pour que le genou fasse appui au sol afin de ne pas rouler, le bras replié sous la tête pour la maintenir) ;
  • prendre 1 à 2 bouffées de bronchodilatateur d'action rapide (solution par inhalation). Il faut attendre au moins 30 secondes entre chaque bouffée ou inhalation.
  • respirer lentement et profondément, avec le ventre (laisser le ventre se gonfler à l'inspiration, et se resserrer à l'expiration) ;
  • rester ainsi assis ou couché à respirer calmement pendant au moins 15 minutes.

Le médecin doit vous expliquer la conduite à tenir en cas de crise pour vous ou votre enfant. Demandez-lui de vous écrire noir sur blanc ce qu'il faut faire pour être sûr de ne pas prendre de risques.

Bon à savoir : l'Association Asthme & Allergies propose gratuitement une carte « Crise d'asthme-Agir » conçue pour rappeler aux patients asthmatiques les mesures à prendre en cas d'urgence et les règles à suivre. Cette carte peut s'obtenir au numéro vert de l'association : 0 800 19 20 21 (appel gratuit) ou être téléchargée en suivant ce lien.

Crise d'asthme : des conséquences parfois mortelles

Chaque année, les crises d'asthme tuent environ 900 personnes en France. Pourtant, elles ne sont pas toujours prises au sérieux par les asthmatiques.

Les signes de gravité justifiant une hospitalisation sont :

  • difficulté à parler ou tousser ou, chez le bébé, difficulté à boire son biberon ;
  • sueurs ;
  • coloration bleue des lèvres ou des doigts (cyanose) ;
  • fréquence cardiaque (pouls) supérieure à 120 battements par minute ;
  • anxiété, agitation surtout chez l'enfant ;
  • fréquence respiratoire supérieure à 30 inspirations par minute ;
  • troubles de la conscience (somnolence).

De manière générale, si la crise dure plus de 20 minutes et que les médicaments bronchodilatateurs ne font pas d'effet, il faut appeler le 15 ou se rendre aux urgences.

Comment éviter les crises d'asthme ?

Le meilleur moyen d'éviter les crises d'asthme, ou de les espacer le plus possible, est de bien suivre son traitement de fond.

Il est également important de repérer les facteurs qui déclenchent les crises pour essayer de les éviter. Selon les personnes, il peut s'agir d'une allergie (pollen, animaux), de certains aliments, de la fumée de cigarette, d'un changement de lieu (humidité), ou encore d'un effort physique.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !