Diagnostic de l'asthme et tests médicaux

Sommaire

 

Consultez régulièrement votre médecin pour réaliser les tests pour l'asthme et avoir le bon diagnostic.

Pour confirmer le diagnostic d'asthme et évaluer sa sévérité, certains tests médicaux peuvent être nécessaires.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

Consulter un médecin pour diagnostiquer l'asthme

Si vous avez des difficultés à respirer, il faut consulter votre médecin pour obtenir un diagnostic. Il peut s'agir de nombreuses pathologies respiratoires autres que l'asthme, ou encore de problèmes cardiaques.

Lire l'article Ooreka

Si vous êtes asthmatique et que vous avez déjà un traitement, il est tout de même important de consulter régulièrement le médecin pour s'assurer que l'asthme est bien contrôlé et que le traitement est adapté.

Le médecin pourra aussi vous aider à identifier la cause des allergies qui entraînent l'asthme, si elles existent.

Lire l'article Ooreka

Le diagnostic de l'asthme passe par plusieurs tests autour de la capacité respiratoire.

Diagnostic de l'asthme : l'épreuve fonctionnelle respiratoire (EFR)

L'épreuve fonctionnelle respiratoire (EFR) est une série d'examens qui permet de mesurer le volume d'air contenu dans les poumons (capacité pulmonaire totale), le volume d'air expiré, le débit expiratoire, etc. Ce test permet de confirmer le diagnostic d'asthme et d'évaluer le degré d'obstruction des bronches, c'est-à-dire la gravité de l'asthme.

En pratique, l'examen dure 30 minutes, et consiste à souffler dans un appareil spécial. Il peut être pratiqué en plusieurs étapes, avant et après la prise d'un médicament, etc.

Diagnostic de l'asthme : le débit expiratoire de pointe (DEP)

Le débit expiratoire de pointe ou DEP (aussi appelé peak-flow) est une mesure très utile pour évaluer la sévérité de l'asthme et son contrôle. Il fait partie des paramètres mesurés lors de l'EFR. Il s'agit du débit maximal d'air obtenu lors d'une expiration forcée. Cela reflète votre capacité pulmonaire et le degré d'obstruction des bronches.

Le DEP est mesuré à l'aide d'un débitmètre de pointe, qui est un petit outil très simple utilisable partout, dans lequel on souffle le plus fort possible. Le DEP doit être mesuré régulièrement, au moins tous les 3 mois à 6 mois en cas d'asthme persistant.

Lire l'article Ooreka

Le débitmètre permet aussi, en cas de crise d'asthme, de s'assurer que la crise n'est pas trop grave (DEP inférieur à 120-150 L/min).

Lire l'article Ooreka

L'objectif du traitement est d'obtenir un DEP normal ou presque.

Diagnostic de l'asthme : le volume expiratoire maximal par seconde (VEMS)

Comme le DEP, le volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) est une mesure très utilisée pour évaluer la capacité pulmonaire. On parle aussi de spirométrie et c'est l'examen à réaliser en priorité lorsqu'on suspecte un asthme.

Il correspond, comme son nom l'indique, au volume d'air expulsé pendant la première seconde d'une expiration forcée. Il est mesuré à l'aide d'un appareil appelé spiromètre.

On peut aussi s'intéresser au rapport VEMS/CVF (capacité vitale forcée) et si le résultat est inférieur à la limite basse de la normale ou à 80 % de la valeur prédite le diagnostic d’asthme tend à se confirmer. Toutefois, une spirométrie normale n’exclut pas le diagnostic.

Les médicaments utilisés contre l'asthme permettent d'améliorer le DEP et le VEMS, pour restaurer une fonction respiratoire proche de la normale.

Lire l'article Ooreka

Le test de réversibilité aux bronchodilatateurs et la mesure de la fraction exhalée du NO

Le test de réversibilité aux bronchodilatateurs (400 µg de salbutamol) est recommandé si le résultat de la spirométrie est anormal ou si la spirométrie est normale mais que l'histoire clinique est compatible avec l’asthme. Si le VEMS augmente au minimum de 12 % ou de 200 ml, le diagnostic est alors confirmé. Cependant, une valeur inférieure ne l’exclut pas.

La mesure de la fraction exhalée du NO (FeNO) est un outil facile à utiliser par l’enfant, et la Société Européenne des maladies respiratoires (ERS, European Respiratory Society) recommande sa réalisation dans le cadre du bilan diagnostique de l’asthme, sachant qu’une valeur minimale de 25 ppb doit être considérée comme un élément soutenant le diagnostic. Une valeur inférieure ne l’exclut pas pour autant.

Un tout nouveau test salivaire

Dans la mesure où les tests respiratoires ne sont pas toujours disponibles et/ou faciles à interpréter, il est intéressant de tenir compte des travaux menés par une équipe britannique. Ces chercheurs ont en effet mis au point un test salivaire qui présente l'avantage de diagnostiquer un asthme même en dehors des crises caractéristiques mais aussi chez les plus jeunes et les personnes âgées, aux capacités respiratoires naturellement réduites.

Pour arriver à ce résultat il a fallu identifier des biomarqueurs spécifiques retrouvés chez les patients asthmatiques. Au final, le test qui a été conçu possède une fiabilité supérieure à 80 % et devrait prochainement être diffusé.

Déterminer le bon plan de traitement de l'asthme grâce aux tests

Suite aux différents tests et au diagnostic de l'asthme, votre médecin doit établir avec vous un plan de traitement personnalisé. Celui-ci est un document écrit qui indique la marche à suivre en cas de crise ou en cas d'aggravation des symptômes.

Ce plan de traitement vous permettra de gérer vous-même votre asthme dans la plupart des cas, en augmentant au besoin la dose du traitement de fond en toute sécurité.

Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider